EDGAR SARIN - INTRODUCTION A L'ENTITE PROBLEMATIQUE

December 19, 14 – Febuary 2, 15

 A l’issue d’une série de collaborations à Paris, New York ou Miami, l’Inlassable Galerie est heureuse de présenter la première exposition personnelle d’Edgar Sarin en France. L’Introduction à l’Entité Problématique propose un ensemble de clefs de lecture au travail d’Edgar Sarin. A la manière d’une encyclopédie divisée en trois chapitres elle offre un éclairage sur ses recherches d’une dialectique nouvelle entre l’oeuvre et le spectateur.

Entité Problématique est donc le nom donné par Sarin à une partie importante de ses productions, à l’image des Concessions à perpétuité; coffres de bois dans lesquels il arrange des compositions picturales avant de les refermer et de les emballer dans du papier Kraft, compositions qui seront révélées à la mort de l’artiste. Il s’agit pour lui d’entretenir l’intime avec le spectateur, lui offrant tant que l’oeuvre n’est pas révélée, une surface de projection mentale, et lui proposant par là, de se substituer à lui et d’endosser le rôle de créateur. Pour l’artiste « l’être humain est un animal de merveille » et c’est cette disponibilité universelle au merveilleux , que nous tendons selon lui à perdre, que Sarin souhaite interroger.

« Délivrer les conditions initiales d’un cheminement de l’esprit chez celui qui la regarde », tel est finalement le projet de l’Entité Problématique.

A ce chapitre principal, viennent s’ajouter deux appendices. Celui de l’Emprunte Critique, contenant la genèse d’un cheminement intellectuel et se cristallisant autour de l’image d’un père peintre, connu de l’artiste au travers des seules toiles qu’il aura laissées derrière lui. Celui de la Figure, comprenant un ensemble de recherches formelles, des « posture esthétiques »,  échos contemporains à ces souvenirs picturaux, délimitant l’univers plastique dans lequel évolue Edgar Sarin.   Chacun de ces trois axes de réflexion se matérialiseront donc par un ensemble de travaux, dont Sarin proposera successivement les définitions comme autant d’installations didactiques, dans le vitrine de la galerie au 18 rue Dauphine.