FRONT YARD
Pierre Bellot
March 6 – April 11, 2021

*
Pierre Bellot tries to convince us of the reality of the objects he paints. However, almost nothing in his paintings is the result of a lived experience. Indeed, his subjects are drawn from a virtual world, they come from an immense library of images accumulated and collected on the internet. The painting gives them a thickness, a body. Working with sources that are not linked to the affect allows him a certain detachment, a distance that facilitates his ability to manipulate them, to transform them. What interests him is the painting itself: the colour, the matter. His paintings offer a thick and matt texture, sometimes smooth, sometimes rough. The eye circulates between the different signs. Like the characters in Henry James’s novel, we are tempted to look for the « pattern in the carpet », to spot the recurring motifs in order to understand the inner mechanics of the work. This treasure hunt has no end, because the magic of painting is activated without formula, but the pleasure comes from the research itself.
Grace Betton




*

Pierre Bellot tente de nous convaincre de la réalité des objets qu’il peint. Cependant, presque rien dans ses tableaux n’est le résultat d’une expérience vécue. En effet, ses sujets sont tirés d’un monde virtuel, ils proviennent d’une immense bibliothèque d’images accumulées et collectionnées sur internet. La peinture leur donne une épaisseur, un corps. Travailler avec des sources qui ne sont pas liées à l’affect lui permet un certain détachement, une distance qui facilite sa capacité à les manipuler, à les transformer. Ce qui l’intéresse, c’est la peinture elle-même : la couleur, la matière. Ses tableaux offrent une texture épaisse et mate, tantôt lisse, tantôt rugueuse. L’œil circule entre les différents signes. Comme les personnages du roman d’Henry James, nous sommes tentés de chercher le « motif dans le tapis », de repérer les motifs récurrents afin de comprendre la mécanique interne de l’œuvre. Ce jeu de piste n’a pas de fin, car la magie de la peinture s’active sans formule, mais le plaisir vient de la recherche elle-même.
Grace Betton

Galerie l’Inlassable
18 rue Dauphine 75006 Paris
24/7